Addictions

Infodrog – Monitorage
Les chiffres pour l'ensemble de la Suisse concernant l'offre et la demande sont essentiels pour la planification et la gestion de l'offre. En complément au monitorage et aux statistiques de la Confédération, Infodrog compile des données spécifiques pour le domaine des addictions.
Monitorage des institutions de thérapie résidentielle
Enquête auprès des consommateurs récréatifs de drogue
Monitorage des centres d'accueil à bas seuil 

MonAM – système de monitorage des addictions et des maladies non transmissibles
Le MonAM se compose de 135 indicateurs relatifs aux addictions et aux maladies non transmissibles (MNT). Les données sont recueillies à partir de différentes sources et présentées de manière regroupée. Le système permet d’observer les comportements addictifs et l’évolution des MNT au sein de la population et de mettre en place des mesures adéquates. Lancé le 9 octobre 2018, le système est en phase de test. Pour l’instant, 27 indicateurs ont été mis en ligne; les autres seront ajoutés au fur et à mesure.
www.monam.ch 

Monitorage suisse des addictions
Le Monitorage suisse des addictions est un système de surveillance. Son but est de collecter des données représentatives de la population résidante en Suisse sur le thème de l'addiction, des risques liés à la prise de substances psychotropes (tabac, alcool, cannabis, etc.). Le site offre une vue d'ensemble des données épidémiologiques disponibles sur l'addiction. Il permet de suivre les nouvelles tendances de consommation, mais aussi l'évolution des comportements et des problématiques associées à l'addiction. A cet effet, il synthétise les données collectées dans le cadre du Monitorage suisse des addictions et les met en perspective avec les indicateurs disponibles en Suisse et les enquêtes internationales. Les données sont mises à jour régulièrement.
www.monitorage-addictions.ch

  • Consommation d’alcool, de tabac et de drogues illégales en Suisse en 2016: En 2016, 25,3% des personnes âgées de 15 ans et plus fumaient, soit un quart de la population. 85,9% de la population suisse âgée de 15 ans et plus consommait de l’alcool. Plus de la moitié de la population en consommait au moins une fois par semaine et une personne sur dix tous les jours. En outre, plus d’un cinquième de la population présentait une consommation à risque. Enfin, Le cannabis reste la substance illégale la plus fréquemment consommée en Suisse. En 2016, 7,3% de la population suisse de 15 ans ou plus a consommé du cannabis au moins une fois durant les 12 mois ayant précédé l'enquête. Rapport 2016 (pdf, 194p.) du monitorage suisse des addictions et fiches d’information de l'Office fédéral de la santé publique sur l’alcool (pdf, 4p.), les drogues illégales (pdf, 2p.) et le tabac (pdf, 3p.) en 2016. (10/2017)
  • Consommation d’alcool, de tabac et de drogues illégales en Suisse en 2015: En Suisse, un quart de la population fume et un cinquième présente une consommation d'alcool à risque. C'est ce qui ressort du rapport 2015 du monitorage suisse des addictions qui est accompagné d’un court-métrage présentant un bref aperçu des principaux résultats recueillis. Ces comportements de consommation restent donc très fréquents depuis plusieurs années. Leurs effets sont lourds de conséquence : le tabac et l'alcool sont des facteurs de risque majeurs des maladies non transmissibles telles que les maladies cardio-vasculaires. A lire en lien avec ce sujet, un article et un entretien avec le Professeur Andreas Hoffmann, cardiologue, parus sur Spectra online. (10/2016)

Panorama suisse des addictions
Cette publication d'Addiction Suisse offre une vue d'ensemble de la situation et des tendances actuelles et soulève des questions critiques sur les substances psychoactives, l'addiction et la politique en la matière. Une question centrale est celle de la responsabilité des différents acteurs qui remet également en cause le rôle de l'Etat et de l'économie.

  • Panorama suisse des addictions 2019: Avec sa réglementation libérale et son pouvoir d’achat élevé, la Suisse offre des conditions idéales pour la vente et la consommation de substances psychoactives. Leurs marchés sont complexes et fonctionnent selon différents cadres légaux. Il faut de solides connaissances pour les comprendre et du courage pour les réguler. Les politiciens, les acteurs de la santé publique et les autorités devraient aujourd’hui s’intéresser davantage à la dynamique de ces marchés. Addiction Suisse porte son regard sur cette question. Communiqué et dossierArticle sur le sujet dans Le Temps, article dans 24 Heures et article sur swissinfo.ch. (02/2019)
  • Panorama suisse des addictions 2018: Le marché des substances psychoactives est en pleine mutation, tout comme celui des jeux (d’argent) en ligne. De nombreux consommateurs et consommatrices veulent expérimenter de nouveaux produits qui comportent aussi peu de risques que possible alors que les fabricants et exploitants cherchent à maximiser leurs bénéfices en rejetant toute réglementation étatique. Les responsables politiques ferment les yeux, bien que les conséquences se fassent directement ou indirectement sentir pour la population et que de nombreuses questions se posent: dans quelle mesure les produits du tabac de nouvelle génération sont-ils moins nocifs que la cigarette classique? Quand le chanvre est-il légal? Quelle quantité d’alcool consomment Monsieur et Madame Tout-le-Monde ? Quels risques comportent les jeux d’argent? Comment se présente la situation dans le domaine des antalgiques opioïdes ? Le Panorama Suisse des Addictions 2018 (pdf, 29p.) dresse une vue d’ensemble de la situation actuelle, passe en revue les principales tendances et affronte les questions auxquelles la société est appelée à répondre dans le domaine des substances psychoactives. Article sur swissinfo.ch. (02/2018)
  • Panorama Suisse des Addictions 2017: Le Panorama Suisse des Addictions 2017 d'Addiction Suisse (pdf, 28 p.) offre une vue d'ensemble de la situation et des tendances actuelles et soulève des questions critiques sur les substances psychoactives, l'addiction et la politique en la matière. Une question centrale est celle de la responsabilité des différents acteurs qui remet également en cause le rôle de l'Etat et de l'économie. Communiqué d’Addiction Suisse. (02/2017)
  • Un Suisse sur quatre fume, un sur cinq boit trop. Et ailleurs?: Selon le Panorama suisse des addictions 2017 d’Addiction Suisse paru le 16 février, un Suisse sur quatre fume des cigarettes et un sur cinq boit de l’alcool en quantités potentiellement dangereuses pour sa santé. Ces chiffres sont stables par rapport à l’année précédente. Qu’en est-il dans les autres pays ? L’article publié à ce sujet sur swissinfo.ch présente différents graphiques qui permettent de comparer les consommations d’alcool, de tabac et de cannabis dans différents pays de l’OCDE. (02/2017)

Rapports de monitorage d'Addiction Suisse
Les rapports de monitorage d'Addiction Suisse présentent les tendances de consommation et politiques en matière d'addictions en Suisse et en Europe. Le dernier rapport paru sous cette forme couvre la période d'avril à octobre 2016.

Statistiques relatives à l'aide aux personnes dépendantes - act-info
Act-info (addiction, care and therapy information) est un système national de monitorage harmonisé destiné aux usagers de l’aide professionnelle en matière de dépendance. Ce système de documentation concerne l’offre de prises en charge ambulatoire et résidentielle aux personnes présentant des problèmes liés aux substances légales et illégales ainsi qu'aux troubles assimilables à une addiction. Act-info est le résultat du processus d’harmonisation des statistiques de traitement dans cinq secteurs. Les instituts de recherche impliqués dans ce projet (Addiction Suisse Lausanne, ISGF Zurich) sont responsables de la récolte des données et des analyses spécifiques aux différents secteurs de traitement. Act-info est financé et coordonné par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui est également responsable du projet act-info dans sa globalité.

  • act-info FOS: Statistique du traitement résidentiel de la toxicomanie (principalement drogues illégales).
    --> Rapports annuels act-info FOS (jusqu'en 2015 en français)
  • act-info-Residalc: Statistique du traitement résidentiel de l’alcoolodépendance en Suisse.
     --> Rapports annuels act-info-Residalc (jusqu'en 2017)
  • SAMBAD: Statistique du secteur ambulatoire de l’aide psychosociale en matière de dépendance.
    --> Rapports annuels SAMBAD (jusqu'en 2017)

OFSP – Traitement avec prescription de diacétylmorphine (héroïne)
Le traitement avec prescription de diacétylmorphine fait l’objet d’un monitoring et d’une évaluation scientifiques depuis 1994. Les résultats sont manifestes : ils démontrent une amélioration constante de la santé psychique et physique ainsi que de la situation sociale des personnes dépendantes ; la criminalité a très nettement diminué.
--> Enquêtes annuelles 

Statistique nationale des traitements de substitution: A découvrir sur www.substitution.ch. Statistique des traitements de substitution (principalement à la méthadone) réalisée en collaboration avec les médecins cantonaux.
 --> Statistiques annuelles  

Justice et police

Statistique des condamnations pénales
Cette statistique comprend les infractions au code pénal suisse ainsi qu'à la loi sur les stupéfiants (LStup).

  • Les mineurs davantage punis pour consommation de drogues: Davantage de mineurs ont été punis pour consommation de drogues en 2017 qu'en 2016. Les statistiques des jugements pénaux publiées par l’Office fédéral de la statistique recensent 5400 cas, soit une augmentation de 6% par rapport à 2016. A l'inverse, une baisse dans le trafic de drogues a été observée: seules 780 condamnations ont été prononcées, soit une diminution de 18%. Article sur Swissinfo. (07/2018)
  • Statistique des condamnations pénales 2016: En 2016, le nombre de condamnations de mineurs est resté globalement stable à 12'090 selon la statistique des jugements pénaux des mineurs. La hausse des condamnations pour infraction au code pénal (+4%) est compensée par une baisse de celles pour infraction à la loi sur la circulation routière (-2%), à la loi sur les stupéfiants (-1%) et à la loi sur les étrangers (-2%). Le nombre de condamnations d'adultes est stable avec une valeur qui se situe juste au-dessous de 110'000. Statistique des condamnations pénales 2016 et communiqué de l’Office fédéral de la statistique. (06/2017)
  • Statistique des condamnations pénales 2015: Entre 2014 et 2015, les condamnations pour trafic de stupéfiants sont les seules à avoir augmenté (+4%). En 2015, le nombre de condamnations d'adultes pour trafic de stupéfiants (7000) a atteint un chiffre jamais égalé depuis le début de la statistique des condamnations pénales en 1984. Statistique des condamnations pénales 2015 et communiqué de presse de l'Office fédéral de la statistique. (06/2016)

Statistique policière de la criminalité
Cette statistique comprend les infractions au code pénal suisse, à la loi sur les étrangers ainsi qu'à la loi sur les stupéfiants (LStup).

  • Statistique policière de la criminalité 2016: La statistique policière de la criminalité comprend notamment les infractions à la loi sur les stupéfiants (LStup) sur l’ensemble du territoire national. Le rapport (pdf, 83p.) ainsi que différents tableaux statistiques y relatifs sont à disposition sur le site de l’Office fédéral de la statistique. (03/2017)
  • Loi sur les stupéfiants (LStup): Infractions et prévenusTableau excel couvrant la période 2009 à 2016. (03/2017)

Santé

Enquête suisse sur la santé
L'enquête suisse sur la santé fait partie intégrante du programme statistique pluriannuel de la Confédération et se déroule tous les cinq ans. La dernière a eu lieu en 2017. La récolte des données se fait, d'une part, par interview téléphonique et, d'autre part, par un questionnaire écrit (en allemand, français ou italien). Sont interrogées les personnes de 15 ans et plus vivant en Suisse dans un ménage privé. Les informations recueillies concernent en particulier l'état de santé et les comportements influant sur la santé.

  • Enquête suisse sur la santé 2017: En 2017, 85% de la population suisse de 15 ans et plus déclaraient se sentir en bonne santé. 27% font partie des fumeurs. C'est moins qu'en 1992, mais autant qu'en 2007. Quatre personnes sur cinq boivent de l'alcool, une sur dix en boit tous les jours. Les comportements en matière de consommation d'alcool ont changé au fil du temps. La population tend à boire moins souvent de l'alcool, mais à en consommer occasionnellement de plus grandes quantités. Dossier de presse de l’Office fédéral de la statistique et article dans Le Temps. (10/2018)