Consommation d'alcool

Consommation d'alcool des jeunes en Suisse en 2014 et son évolution depuis 1986: Faits et chiffres sur le site d'Addiction Suisse.

Alcool dans le corps - Un outil pédagogique pour les élèves du degré secondaire: Proposé par Addiction Suisse, ce site offre des animations en ligne pour mieux comprendre ce qu'est l'alcool, comment il agit dans le corps et le cerveau, comment on l'élimine et pourquoi on peut en devenir dépendant. (01/2010)
www.alcooldanslecorps.ch

A travers l’alcool, la quête de soi et du groupe: Une vingtaine de jeunes âgés de 15 à 18 ans ont été interrogés afin de saisir comment le « trop boire » se construit dans leurs pratiques d’alcoolisations. Il apparaît que la prévention sur les seuls risques sanitaires semble rater ce public-cible. Un article à découvrir dans la revue REISO. (06/2017)

Enquête alcool, risques sexuels et évaluation d’une campagne de prévention: La Fédération Genevoise pour la Prévention de l’Alcoolisme (FEGPA) a lancé il y a quelques années une campagne de sensibilisation avec un outil appelé « Black box » qui vise à sensibiliser les jeunes sur les comportements sexuels à risques et l’excès d’alcool. Cette campagne a été menée en étroite collaboration avec l’unité de santé sexuelle et planning familial des HUG. Cette unité a fait une évaluation (pdf, 104p.) de cet outil et de son impact avec la participation de la FEGPA. (12/2016)

Boire avant de sortir: une pratique à risque répandue: Les adolescents et les jeunes adultes boivent très souvent avant de sortir. Addiction Suisse a consacré divers travaux de recherche à l’analyse des différentes facettes du phénomène. Conclusion: cette «préchauffe» incite à boire presque deux fois plus sur l'ensemble de la soirée – avec tous les risques qui en découlent. Communiqué d’Addiction Suisse. (03/2017)

L'alcool - comment en parler avec les ados: Cette brochure (pdf, 12p.) contient des informations, propose des conseils et décrit des situations concrètes pour permettre aux parents d'aborder le thème de l'alcool avec des adolescents. Elle peut être téléchargée sur le site d'Addiction Suisse. (2016)

Investigating the drinking patterns of young people over the course of the evening at weekends: Communiqué du Fonds national suisse et article (en anglais, pdf, 6p.) d'Emmanuel Kuntschea et Florian Labharta, d'Addiction Suisse, paru dans Drug and Alcohol Dependence.
Alors que les études précédentes étaient basées sur des estimations rétrospectives, une équipe de recherche d'Addiction Suisse a étudié quasiment en temps réel les comportements de consommation de 183 romands de 19 à 26 ans grâce à leurs téléphones portables. Les résultats montrent que les jeunes ont bu deux fois plus que l'estimation rétrospective qu'ils avaient faite de leur consommation des 30 derniers jours. (05/2012)

Réduction de l'ivresse ponctuelle des jeunes suite à une intervention brève
Les jeunes présentant une consommation d'alcool problématique peuvent être incités à boire moins, grâce à des sessions de groupe. C'est le résultat d'une étude de la Fachstelle Suchtprävention Mittelschulen und Berufsbildung Zürich, organisme spécialisé en prévention de l'addiction dans l'enseignement secondaire et la formation professionnelle. Cette étude, qui a été lancée en 2008 en collaboration avec Addiction Suisse est l'une des premières à analyser l'efficacité d'une telle mesure de prévention sur les adolescent-e-s et jeunes adultes. Communiqué et rapport (pdf, 73p.) en allemand. (05/2010)

Alkohol-Intoxikationen Jugendlicher und junger Erwachsener. Ein Update der Sekundäranalyse der Daten Schweizer Spitäler bis 2007: Une étude en allemand (pdf, 81p.) de Matthias Wicki, Gerhard Gmel, Lausanne, d'Addiction Suisse. (10/2009)

Who Drinks Most of the Total Alcohol in Young Men - Risky Single Occasion Drinking as Normative Behaviour: Cette étude parue dans Alcohol and Alcoholism a été effectuée en 2007 auprès de 3'536 hommes astreints au recrutement. Il en ressort que 75,5 % des sondés boivent au moins une fois par mois plus de six boissons alcoolisées, soit 60 gr. d'alcool pur, ce qui correspond à une alcoolémie d'environ un pour mille, proche du seuil d'intoxication généralement admis pour parler d'épisode à risque. Résumé en anglais. (01/ 2009)

Mon ado et l’alcool - enquête
Le point de vue des parents sur la consommation précoce d’alcool: Un document (pdf, 25p.) de la Fédération genevoise pour la prévention de l'alcoolisme (FEGPA). Voir aussi le document de présentation aux médias (pdf, 21p.). (05/2008)

Protection de la jeunesse

Jura bernois – Changement de comportement face à la consommation d’alcool lors de l’entrée dans le monde professionnel grâce à la prévention: En 2016, La Croix-Bleue a mené des actions concrètes de prévention auprès des centres de formation professionnelle du Jura bernois, sensibilisant ainsi quelques 340 apprentis aux risques de consommation excessive d’alcool. Si en début d’année la Croix-Bleue Bernoise avait souligné que 53% des étudiants mineurs interrogés pensaient que l’alcool était mauvais pour la santé, les observations faites auprès d’apprentis plus âgés indiquent un nouveau rapport à l’alcool qu’il est essentiel de relever, et prévenir. Communiqué de presse de la Croix-Bleue romande. (03/2017)

Sur Internet, la protection de la jeunesse face à l'alcool laisse à désirer: Addiction Suisse a scruté à la loupe le marketing et la vente d’alcool sur Internet. Malgré les restrictions existantes, les jeunes subissent non seulement l’impact de la publicité, mais peuvent en outre acheter facilement de l’alcool en ligne. La protection de la jeunesse est insuffisante. Rapport complet en allemand (pdf, 15p.) et communiqué de presse d'Addiction Suisse. (01/2017)

«Hé... T'as l'âge?» : Les shops de stations-service lancent une nouvelle campagne pour la protection de la jeunesse avec un sujet qui interpelle: La nouvelle affichette de l’Association des exploitants des shops de stations-service suisses (AESS) pour la protection de la jeunesse est dès maintenant visible dans tous les shops de stations-service suisses. Ce message aux jeunes leur rappelle de manière claire et ciblée que ni l’alcool ni les cigarettes ne sont vendus aux mineurs. Article paru dans le magazine d’information Pétrosphère 2/16 publié par l’Union Pétrolière (UP). (07/2016)

Consommation d'alcool, de tabac et de cannabis chez les jeunes: les parents ont un rôle à jouer: Dans leur revue de littérature, Sandra et Emmanuel Kuntsche, chercheurs à Addiction Suisse, ont évalué de façon systématique les études existantes sur des programmes et projets de prévention des addictions axée sur les parents. Les programmes les plus efficaces pour retarder l’entrée en consommation de substances (alcool, tabac et cannabis) ou réduire la consommation des adolescents soutiennent et sensibilisent les parents mettent l’accent sur différents facteurs qui ont été répertoriés par les chercheurs. Communiqué de presse d’Addiction Suisse. (05/2016)

Publications internationales

France – Les étudiants sont plus concernés par le “binge drinking” que les autres jeunes: Le sociologue spécialiste de la santé François Beck analyse la consommation d’alcool des étudiants. Pour lui, la prévention nécessite «de l’énergie et des moyens». Il constate que l’étude «Jeunes & addictions» de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) montre que 9% des jeunes de 18 à 25 ans qui sont étudiants consomment régulièrement de l’alcool, alors que ceux en activité professionnelle ou au chômage sont 14% dans ce cas. Mais ces étudiants sont 34% à connaître des alcoolisations ponctuelles importantes de type binge drinking, contre 32% des actifs et 25% des chômeurs du même âge. Article dans Le Monde. (11/2017)

La consommation excessive d’alcool chez les jeunes Québécois : interventions efficaces de prévention: L’objectif de cette synthèse des connaissances (pdf, 67p.) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) est d’identifier les interventions efficaces pour diminuer la consommation excessive d’alcool des adolescents et des jeunes adultes, de prévenir les problèmes qui en découlent et de décrire les principales caractéristiques de ces interventions. Communiqué de l’INSPQ. (06/2017)

Incidence et efficacité des lois canadiennes sur l’âge minimum légal pour boire de l’alcool: Au Canada, l’alcool est la principale substance psychoactive consommée par les jeunes et jeunes adultes âgés de 15 à 24 ans. À l’échelle mondiale, l’alcool est la principale cause de morbidité et de mortalité chez les jeunes et jeunes adultes âgés de 10 à 24 ans. Or, il a été démontré que la consommation d’alcool peut nuire au développement physique et mental, en particulier à l’adolescence et au début de l’âge adulte. Au Canada, les lois sur l’âge légal pour boire ont un effet marqué sur le taux de mortalité des jeunes, la mortalité étant la conséquence la plus grave et la plus coûteuse de l’alcool. Le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT) vient de publier un document (pdf, 9p.) à ce sujet. (03/2017)