Etudes et statistiques

Les médias sociaux et leur impact sur le bien-être et la santé des jeunes: Réalisée par la Royal Society pour la santé publique auprès de 1 500 Britanniques de 14 à 24 ans, l’étude #StatusofMind a examiné l’impact des cinq principaux réseaux sociaux sur les jeunes. La conclusion des chercheurs est sans appel : les réseaux sociaux sont, en grande partie, mauvais pour le moral de ses jeunes utilisateurs. Ainsi, Instagram est considéré comme le plus néfaste suivi de près par Snapchat, puis Facebook et enfin Twitter. Article sur Le Figaro Etudiant. (06/2017)

Utilisation des médias en Allemagne – Etudes KIM
Depuis 1999, la MPFS (Medienpädagogische Forschungsverbund Südwest) effectue régulièrement une étude sur l’importance des médias dans la vie quotidienne des enfants (de 6 à 13 ans). L’étude KIM (enfants, Internet, Media) est également conçue comme un projet à long terme visant à refléter de manière adéquate les conditions-cadres en constante évolution de l’offre de médias et les changements qui y sont associés. Dans le cadre de l'étude KIM, environ 1 200 enfants sont interrogés oralement et personnellement. Leur principaux enseignants sont, quant à eux, interrogés par écrit.

  • Etude KIM 2018: Presque tous les enfants (98%) ont la possibilité d'utiliser Internet à la maison. Deux bons tiers des jeunes de six à treize ans se disent internautes. Parmi les enfants de six à sept ans, un tiers dit utiliser Internet de façon occasionnelle. Entre huit et neuf ans, un peu moins de trois enfants sur cinq sont en ligne. Entre dix à onze ans, quatre enfants sur cinq utilisent Internet. Enfin, 94% des enfants de douze à treize ans utilisent des services en ligne. Les appareils numériques sont le plus souvent utilisés pour la recherche (65%), l'envoi de messages (62%) et la vidéo (56%). Etude KIM 2018 (en allemand) et article sur le site du Centre de compétences cantonal ICT-VS. (05/2019)
  • Etude KIM 2016: Avec l’étude KIM 2016 (allemand, 92 p.), le Medienpädagogischer Forschungsverbund Südwest (mpfs) publie pour la onzième fois des données de base représentatives sur l’utilisation des médias par les enfants de 6 à 13 ans en Allemagne. Pratiquement toutes les familles qui comptent des enfants de cet âge disposent d’un téléviseur, d’un téléphone portable, d’un accès au réseau Internet ainsi que d’un ordinateur ou ordinateur portable. Article sur le site luxembourgeois BEE SECURE. (03/2017)

Publications

France – Pas d’écran avant l’âge de 3 ans: Pas d'écrans avant l'âge de trois ans: c’est la préconisation qui figurera dans le nouveau carnet de santé qui sera distribué en France dès le début du mois d'avril. Cette nouvelle recommandation paraîtra à certains un peu stricte, mais il en va du bon développement cognitif des jeunes enfants. Illustration de ce danger dans le reportage de BFMTV. Article sur le sujet dans le Huffington Post. (03/2018)

Mobile-déprime et e-anxiété, quand les réseaux sociaux nous rendent malades: Publiée récemment dans la Revue Française des Sciences de l’information et de la communication, une synthèse des recherches menées sur les grands usagers des smartphones et des réseaux sociaux a mis en évidence une plus grande probabilité de souffrir de certains problèmes psychologiques: anxiété, dépression et addiction. Article sur The Conversation France. (11/2017)

Réforme européenne de l’audiovisuel: les jeunes doivent être mieux protégés contre l’exposition à la publicité pour des boissons alcoolisées: Alors que la Directive européenne sur les services de médias audiovisuels est en cours de revision, l’Agence nationale française de prevention en alcoologie et addictologie (ANPAA) invite les eurodéputés et le gouvernement français à défendre une position forte pour protéger la santé des consommateurs les plus vulnérables que sont les enfants et les mineurs. Article sur eurocare. Voir également la proposition de revision de la directive du Parlement européen et du Conseil (pdf, 36 p.). (03/2017)