Organisations

CONTACT Fondation Aide Addictions
Propose via rave it safe des informations et consultations brèves dans le milieu nocturne dans tout le canton de Berne, ainsi que du Drug checking (analyse de substances), des informations et consultations brèves pour les personnes consommant des drogues récréatives via l'offre dib+ (Drogues Info Berne).
www.contact-suchthilfe.ch

danno.ch - Progetto per la riduzione dei rischi alla salute
www.danno.ch/drugchecking

Drogeninformationszentrum (DIZ)
En région zurichoise. Offre des informations et des conseils au sujet des drogues et dispose d'un lieu fixe pour l'analyse de produits.
www.saferparty.ch/diz.html

Infodrog
Le site infodrog.ch contient désormais une nouvelle page sur le drug checking qui contient une fiche d’information sur le sujet, des liens vers les offres, les bases juridiques, ainsi qu’un lien sur les alertes relatives aux substances actuellement en circulation.

Nuit Blanche?
Première ligne
www.nuit-blanche.ch/warning/nuitblanche.html

Rave it safe - L'autre écho de la vie de nuit…
www.raveitsafe.ch

saferparty.ch (en allemand)
Animé par le Streetwork Zurich. Propose de l'analyse de produits en région zurichoise (diz), ainsi que de l'aide en ligne.
www.saferparty.ch

Conseils & Analyse de produits - publications

Voir aussi notre page Milieu festif / Statistiques

Drug checking dans les centres d’accueil à bas seuil: Deux centres d’accueil (Bâle/ Dreispitz et Zurich/Selnau) ont mené un projet pilote relatif au drug checkings dans le cadre de la stratégie nationale Addictions 2017-2024. L’évaluation scientifique du projet effectuée en allemand avec résumé en français (pdf, 96p) sur mandat de l’OFSP révèle que les personnes présentant une addiction font preuve d'un grand intérêt pour les analyses de drogues proposées par centres d’accueil à bas seuil (CA) et qu’elles tiennent compte des conseils dispensés pour rendre la consommation plus sûre (safer use). Dans la mesure où plus de la moitié des échantillons de substance analysés étaient frelatés, il est donc absolument nécessaire de sensibiliser et d’informer régulièrement les consommateurs sur les dangers liés à la consommation. Fiche d’information en français (pdf, 2p). (11/2019)

Drug checking à Lucerne: Une analyse de la situation par rapport à la consommation de substances psychoactives dans le cadre de la vie nocturne lucernoise a révélé des lacunes au niveau des services de réduction des risques pour les consommateurs-trices de drogues récréatives. Un service de drug checking sera réalisé pour y remédier. Informations complémentaires sur le site d’Infodrog. (09/2019)

«Nuit Blanche?» offre un service d'analyses des stupéfiants: A Genève, l'association Nuit Blanche? offre à partir du 3 juin 2019 la possibilité d'analyser des substances psychotropes. Soutenu par les autorités cantonales et l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), ce Drug checking fait l’objet d’une collaboration avec le laboratoire du Centre universitaire romand de médecine légale (CURML). Il s’agit du premier dispositif de ce type en Suisse romande, avec une offre en deux volets : stationnaire et mobile. Article sur swissinfo.ch. En outre, Nuit Blanche? a annoncé l'ouverture de «#laperm», sa nouvelle permanence d'accueil et d'information pour toutes les questions liées à la consommation de substances psychoatives, récréatives ou festives. Communiqué. (06/2019)

Standards Drug checking – module «Evaluation des risques, communication et publication des données»: Quand une substance psychoactive est-elle considérée comme particulièrement dangereuse? Dans quels cas les alertes sont-elles publiées? Et comment les résultats du Drug checking sont-ils communiqués aux usagers du service? Ces questions sont traitées dans le module «Evaluation des risques, communication et publication des données» (pdf, 6p) des standards Drug checking publiés par Infodrog. (04/2019)

Standards Drug checking – module Consultation: L'entretien de consultation est un élément essentiel des offres de drug checking. Quels sont les objectifs de cet entretien, quels instruments sont utilisés et de quelles compétences les professionnels doivent-ils disposer? Ces questions sont traitées dans le module Consultation (pdf, 8p) des standards Drug checking publiés par Infodrog. (12/2018)

Paléo ne testera pas la qualité des drogues des festivaliers: Tester la qualité des drogues consommées de manière récréative afin que l’usager sache précisément ce qu’il absorbe. Depuis une vingtaine d’années, sous l’impulsion du canton de Berne, des laboratoires mobiles, de «drug checking», écument les soirées électro de la capitale et ont essaimé en Suisse alémanique. Côté romand, en revanche, aucune trace de ces labos mobiles, à l’exception d’un test effectué à la Lake Parade de Genève, l’été dernier. Article dans 24 Heures. (07/2018)

Aperçu international des offres de drug checking en 2017: Le bulletin no 24 du Drug Policy Monitoring Program (Australie) présente 31 offres de drug checking exploitées par 29 organisations dans 20 pays d'Europe, des Amériques et d'Asie-Pacifique. (04/2018)

Pas si pur et simple: le "Drug testing" n’est pas la solution miracle: L’intérêt renouvelé pour les tests de drogue sur de nombreux sites d’événements en Suisse et au Royaume-Uni arrive alors que la pureté des substances atteint de nouveaux sommets, en particulier la MDMA et la cocaïne. Les analyses de stupéfiants telles qu’elles sont mises en place dans des villes comme Genève, peuvent jouer un rôle important dans la prise de conscience des usagers du niveau de pureté de leurs produits, et peut aider à la prévention de substances toxiques qui font régulièrement leur apparition sur le marché. Mais la connaissance du contenu des drogues n’est qu’une partie de la solution pour permettre aux usagers une utilisation plus sûre. Un article de l’équipe de recherche du Global Drug Survey paru sur mixmag.fr. (07/2017)

Mise en oeuvre d’un dispositif d’analyse de substances psychotropes (Drug checking) à Genève: Une première expérimentation a eu lieu dans le cadre de la Lake Sensation, le samedi 8 juillet prochain. Nuit blanche? / Première ligne y a proposé la mise en place d’un service de Drug checking en collaboration avec le Laboratoire du Pharmacien cantonal de Berne et le collectif Safer Dance Swiss. Suivra en automne l'ouverture d'un dispositif stationnaire en collaboration avec le Service d'addictologie des HUG et le Laboratoire du Centre Universitaire Romand de Médecine Légale (CURML). Communiqué de Première Ligne et Nuit blanche? et point presse du 28 juin 2017 du Conseil d’Etat genevois. (07/2017)
www.nuit-blanche.ch

L’analyse des substances est une aide efficiente en matière de dépendance: CONTACT, Fondation Aide Addiction, propose l’offre dib+ (Drogues info Berne) depuis août 2014. Les adultes qui souhaitent s’informer sur les dangers de substances psychoactives peuvent faire tester ces dernières. Plus d’une substance sur deux a été considérée comme risquée. C’est ce qu’indique une évaluation effectuée après deux ans et demi d’activités. Elle confirme que le dib+ représente un moyen économique de réduire les risques individuels – et donc les coûts subséquents pour la société tout entière. Communiqué et informations complémentaires sur le site de CONTACT. (06/2017)