Généralités

Voir également notre page Vieillesse

Produits thérapeutiques
Pages dédiées sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP)

Compendium suisse des médicaments
La vaste offre d’informations fournie par compendium.ch est conçue à l’intention des professionnels de la santé.
www.compendium.ch

Swissmedic
Institut suisse des produits thérapeutiques
www.swissmedic.ch

Somnifères et tranquilisants
Pages du site d'Addiction Suisse consacrées à l'usage, au traitement et au commerce des médicaments.

Alcool et médicaments en vieillissant
Cette brochure (pdf, 16p.) contient des informations sur la consommation d’alcool et de médicaments dès l’âge de 60 ans. Elle est destinée aux plus de 60 ans et à leur entourage et peut être commandée sur le site d'Addiction Suisse. (2011) 

Focus - somnifères et tranquillisants
Brochure (pdf, 4p.) d'informations concernant l’abus et la dépendance aux médicaments. Cette brochure peut être commandée auprès d'Addiction Suisse. (2011)

Médicaments et âge
Dépliant d'information (pdf, 2p.) d'Addiction Suisse et ZüFAM sur les risques liés à la prise de médicaments dès 60 ans. Disponible en 9 langues, ce dépliant peut être commandé chez Addiction Suisse. (2017)  

Publications

La morphine pourrait éviter des souffrances: Quelque 25 millions de personnes, dont 2,5 millions d'enfants, meurent chaque année dans des souffrances qui auraient pu être allégées grâce à la morphine, selon une étude publiée dans la revue The Lancet. Les auteurs de l'étude pointent l'écart entre le manque dans les pays pauvres d'opioïdes destinés à soulager les douleurs et l'abus de ces substances dans les pays riches. Article dans 24 Heures. (10/2017)

Microdosage, du LSD au cannabis?: La pratique du microdosage a été identifiée d'abord avec la consommation de faibles doses de LSD ou de psilocybine dans certains milieux créatifs. Elle vise notamment une amélioration de la performance au travail, dans les tâches nécessitant de la concentration ou de l'imagination. Les doses sont calculées de façon à ne pas être suffisamment élevées pour avoir des effets perturbants, c'est-à-dire de longs trips hallucinogènes dans le cas du LSD. Aujourd'hui, des pratiques similaires se développent autour du cannabis. Un dossier à découvrir sur le site du GREA. (10/2017)

Le marché du médicament en Suisse – Édition 2017: Interpharma, l'Association des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche, publie régulièrement des données statistiques concernant la santé publique en Suisse ainsi que le marché pharmaceutique en Suisse. En 2016, l'industrie pharmaceutique a investi sept milliards de francs dans la recherche et le développement en Suisse. Edition 2017 (pdf, 122p.) et communiqué de presse d'Interpharma. (07/2017)

Opioïdes dans les douleurs chroniques non-cancéreuses: Même si les évidences sont minces, il est fréquent et parfois légitime en pratique d’avoir recours aux opioïdes chez un patient qui a mal, dont la qualité de vie et la fonction sont altérés par la douleur et qui ne répond pas aux antalgiques non opioïdes. Quelques points et recommandations sont à considérer pour une prescription rationnelle et sure. Un article (pdf, 3p.) paru dans le no 2017/12 du magazine Primary and Hospital Care. (07/2017)

Recommandations pour une utilisation rationnelle des médicaments psychotropes : Dans un cabinet de médecine de premier recours, 30 à 50% des patients souffrent d’un trouble psychique qui nécessiterait un traitement. Une grande partie de ces patients sont traités au cabinet du médecin de famille même. Les médicaments psychotropes jouent ici un rôle essentiel. Des sources d’information neutres et indépendantes de l’industrie portant sur leurs effets et effets indésirables doivent être privilégiées pour arriver à une utilisation rationnelle de ces médicaments. Un article (pdf, 4p.) à découvrir dans le no 2017/09 de Primary and Hospital Care. (05/2017)

Usage de tranquillisants, de somnifères et d’analgésiques puissants de la population résidente en Suisse: Les résultats de l'enquête CoRolAR du Monitorage suisse des addictions montrent qu'en 2015, 6.3% de la population qui réside en Suisse et qui est âgée d’au moins 15 ans a pris un somnifère ou un calmant au moins une fois au cours des 30 derniers jours (hommes: 4.2%; femmes: 8.5%). On observe une augmentation régulière de la prise de somnifères et de calmants avec l’âge par rapport à l'ensemble de la population : Si parmi les 15-19 ans, seulement 2.0% avaient fait usage quotidiennement de somnifères et/ou tranquillisants durant les 30 derniers jours, chez les personnes âgées de plus de 74 ans, ils étaient 13.6%. Communiqué d’Addiction Suisse. (04/2017)

Benzodiazépines chez les patients âgés: Les études cliniques montrent que la prescription de benzodiazépines augmente avec l’âge et se fait en dehors des indications reconnues. Elle est souvent inappropriée et abusive. Ses conséquences peuvent être très sérieuses et augmentent considérablement la morbidité et la mortalité des patients. Des stratégies de prise en charge multidisciplinaire existent qui permettent d’interrompre ces traitements. D’importantes campagnes de sensibilisation sont nécessaires pour corriger ce qui est devenu un réel problème de santé publique. Un article (pdf, 4p.) de Rosaria Del Giorno, Alessandro Ceschi et Luca Gabutti paru dans le numéro 08/2017 du Forum Médical Suisse. (03/2017)

Consommation de médicaments psychotropes en Suisse en 2015: Un rapport en allemand (pdf, 52p.) du Monitorage suisse des addictions. (08/2016)

Les Suisses abuseraient-ils de la morphine?: Les prescriptions de médicaments opiacés comme la morphine ou l’oxycodone sont en forte augmentation ce qui pose problème, puisque ces substances sont fortement addictives. Un article publié le 30 juin 2016 dans l’Hebdo, avec des interventions de Corine Kibora d’Addiction Suisse et du professeur Daniele Fabio Zullino, chef du Service d’addictologie des Hôpitaux universitaires de Genève, notamment. (07/2016)

Semaine d’action «PANGEA» – Stagnation des importations illégales de médicaments en Suisse: Le nombre de médicaments commandés sur Internet et importés illégalement en Suisse reste constant. Les médicaments les plus fréquemment importés de manière illicite sont toujours les stimulants de l’érection. En revanche, le nombre d’importations illégales de produits amincissants a fortement diminué. En 2016, 103 pays ont participé à la semaine d’action internationale «PANGEA IX», coordonnée par Interpol, qui vise à lutter contre le commerce illégal de médicaments sur Internet. Communiqué de presse de Swissmedic et communiqué de presse d’Interpol. (06/2016)

Swissmedic - Commerce illégal de médicaments: moins de produits amincissants, plus de somnifères et de tranquillisants: En 2015, Swissmedic, Institut suisse des produits thérapeutiques, a reçu des douanes suisses 1'134 annonces d’importations illégales de médicaments. Alors que les importations de produits amincissants sont en baisse, les saisies de médicaments contenant des stupéfiants ont augmenté. Communiqué. (02/2016)

Le dopage au travail: Dans notre société, la consommation de produits psychotropes s'est modifiée. De nos jours, de nombreuses personnes prennent des drogues non pas parce qu'elles se sentent forcément mal, mais pour aller «un peu mieux», pour se sentir «mieux que bien »: être performant, supporter l'ennui, s'adapter à un environnement social ou professionnel difficile.
Un article de Dwight Rodrick, d'Addiction Suisse, publié dans la revue d'information sociale REISO. (04/2011)

Consommation et coût des médicaments  en Suisse: Basé sur l'analyse des données de l'Enquête suisse sur la santé 2002 et 2007 et des données de l'assurance obligatoire des soins de 1998 à 2009, ce rapport (pdf, 78p.) de l'Observatoire suisse de la santé (OBSAN) analyse la consommation et les coûts des médicaments en Suisse. Il décrit l'évolution de ces deux aspects selon des critères sociodémographiques (sexe, âge, lieu de domicile). Une attention particulière est consacrée aux médicaments contre l'hypercholestérolémie et l'hypertension artérielle, ainsi qu'à certains psychotropes. Les différences de la consommation et du coût des médicaments entre régions linguistiques et entre cantons sont discutées. Les résultats montrent que ces différences proviennent plutôt des quantités de médicaments dispensés que du coût du traitement médicamenteux. (11/2011)

Diagnostics psychiatriques et médicaments psychotropes dans les cabinets médicaux en Suisse: Selon l'index suisse des diagnostics, ces dix dernières années ont été marquées par une augmentation du nombre de troubles psychiques diagnostiqués, tout type de praticiens confondus. Le diagnostic le plus fréquent est la dépression et les antidépresseurs sont les médicaments psychotropes les plus souvent prescrits. Cependant un peu plus de la moitié des maladies mentales diagnostiquées ne font pas l'objet d'une prescription médicale.Le Bulletin 1/2010 (pdf, 4p.)de l'Observatoire suisse de la santé (OBSAN) est consacré à ce thème. (03/2010)