Dopage cérébral (neuroenhancement)

Les abus de Ritaline et le neuroenhancement sont peu fréquents: En Suisse, l’utilisation thérapeutique de médicaments contenant du méthylphénidate, tels que la Ritaline, se conforme largement aux prescriptions médicales. Concernant l’utilisation abusive de médicaments soumis à prescription pour l’amélioration des performances physiques et intellectuelles (neuroenhancement), il n’y a pas lieu non plus d’envisager un renforcement de la réglementation. C’est ce que révèle un rapport commandé à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) par le Conseil fédéral. Article à découvrir sur Spectra online. (02/2015)

L'augmentation pharmacologique des performances cognitives chez le sujet sain Une revue exhaustive de la littérature: Série d'articles parus dans la revue Médecine publiée par John Libbey Eurotext.
Première partie : présentation et état des lieux, no 8, volume 10 (10/2014)
Deuxième partie : le passé de la recherche sur le neuroenhancement : 1/ les catécholamines, no 9, volume 10 (11/2014)
Deuxième partie : le passé de la recherche sur le neuroenhancement : 2/ les cholinergiques, volume 10 (12/2014)
Troisième partie : ajouter des « fertilisants » dans le cerveau, volume 11 (01/2015)

To Dope or Not to Dope: Neuroenhancement with Prescription Drugs and Drugs of Abuse among Swiss University Students: Un sondage réalisé auprès des étudiants des universités de Bâle et Zurich et de l'EPFZ révèle qu'un étudiant suisse sur sept a déjà recouru à des produits pour améliorer ses performances. Une recherche (anglais, pdf, 10p.) de Larissa J. Maier mail, Matthias E. Liechti, Fiona Herzig, Michael P. Schaub, de l'Institut de recherche sur la santé publique et les addictions (ISGF), publiée dans PLOS│One. (11/2013)

La signification du neuroenhancement dans la pratique médicale: Le neuroenhancement (NE) – dans le sens d’une amélioration des capacités cognitives et émotionnel les chez des personnes en bonne santé au moyen de substances médicamenteuses – est un thème largement débattu en éthique médicale. Ce faisant, le respect de l’autonomie des demandeurs de produits de NE est en opposition avec les questions liées aux risques encou rus et aux évolutions sociales problématiques. Un article (pdf, 4p.) paru dans le no 2013/1314 du Bulletin des médecins suisses. (03/2013)

Dopage au quotidien: Avec ce document (pdf, 10p.), Addiction Suisse souhaite présenter les questionnements actuels sur le sujet et proposer quelques premières conclusions sur le phénomène. Elle entend donner au débat l’éclairage spécifique de l’approche bio-psycho-sociale, qui se réfère à la fois au produit, à l’individu et à la société dans laquelle il évolue. Il semble en effet indispensable d’inclure dans le débat, comme dans l’estimation des risques, les aspects sociétaux et éthiques en plus de ceux qui sont propres à l’individu. (03/2012)

Une médecine pour les personnes en bonne santé ? Analyses et recommandations concernant le human enhancement: Entre 2008 et 2012, un groupe de travail (GT) des Académies suisses des sciences sʼest consacré au thème du  «Human Enhancement», qui  regroupe les interventions médicales dont le but nʼest pas de traiter des maladies, mais dʼaméliorer des caractéristiques nonpathologiques. Le domaine du neuroenhancement a été choisi comme thème prioritaire du rapport (pdf, 70p.) en raison de son actualité et de sa pertinence pour la santé publique. Le GT sʼest principalement penché sur le rôle de la médecine. (2012)